Cérémonie du souvenir.
Le texte qui suit a été dit par les enfants au monument aux morts le 11 novembre 1918 à 11h. 

Il y a 100 ans, jour pour jour, heure pour heure, les cloches des églises de tout le pays sonnaient pour annoncer la fin de la Première Guerre Mondiale. Le 4 août 1914, les Allemands nous avaient déclaré la guerre et avaient envahi la Belgique. Un conflit qui a duré 4 ans de 1914 à 1918, 4 ans de souffrance pour les populations civiles et pour les soldats qui se sont battus dans des conditions terribles. Des soldat qu'on appelait aussi les « poilus ›› à cause de leur barbe et cheveux longs car leurs conditions de vie ne leur permettaient ni de se laver, ni de se raser. Le roi Albert 1er surnommé aussi le « Roi Soldat ›› ou le << Roi Chevalier ›› avait décidé de rester au pays pour diriger l'armée tandis que la
reine Elisabeth soignait les blessés dans les hôpitaux de guerre. C'était une guerre absurde, une guerre de tranchées, une guerre de canons contre les hommes. Le symbole de cette guerre est le coquelicot car c'était la seule fleur qui poussait encore dans les champs labourés par les bombes.
Cette Première Guerre Mondiale a causé la mort de plus de 10 millions de personnes et parmi elles, quatre Loyersois : Émile Goffin, Auguste Geets, Jules Servais - qui est mort la veille du jour de l'Armistice - et Joseph Lemercinier.

« Plus jamais ça ››, c'est toujours ce qu'on dit et pourtant, en 1939, tout recommence. L'Allemagne envahit la Pologne et la guerre s'étend très vite au monde entier.
Ce conflit mondial qui durera jusqu'au 8 mai 1945 date de la signature de l'Armistice, fera cinq fois plus de victimes qu'en 14-18 et verra l'extermination de 6 millions de Juifs. Durant cette deuxième guerre mondiale, trois Loyersois ont donné leur vie pour notre liberté: Charles Cassart, Victor Degaye et Gilbert Ervinckx.
Monsieur Charles-Victor Degaye qui est parmi nous, a été instituteur et directeur de l'école de Loyers; il est né en décembre 1940. ll porte les prénoms de ses deux oncles tombés au combat en mai et en juillet 1940. Son papa Joseph Degaye a été prisonnier en Allemagne d'août 1940 à mai 1945 et a vu la première fois son fils alors qu'il avait déjà quatre ans et demi.
Gilbert Ervinckx était l'oncle de Maurice, Monique, Jacques et Étienne Dozot. Résistant, il tomba au champ d'honneur en juin 1944.
André Feller, l'arrière-grand-père d'Antoine, Claire, Lilly, Matis Jules, Mona et Arthur, a lui aussi été prisonnier en Allemagne durant cinq années.

Et encore une fois, on a dit « plus jamais ça ››. Et pourtant, il suffit de regarder le journal télévisé pour constater que la guerre est toujours présente dans le monde. Famines, horreurs, atrocités font partie de notre quotidien.
Aujourd'hui, tout autant qu'hier, nous devons veiller à ce que 'paix', 'justice', 'respect' et 'dialogue' soient les maîtres-mots de notre vie de tous les jours, à la maison, à l'école, au sport et dans nos quartiers.

VOIR LE FILM.